La_Bataille_du_Pont_d'Arcole_par_Horace_Vernet

Les Noms Historiques ou Culturels sont des Biens Communs. Leur utilisation doit profiter à tous.

Pour une Entreprise, avoir une bonne image et une r√©putation prend du temps.Il faut beaucoup d’√©nergie et de temps pour que son nom, cr√©√© de toutes pi√®ces ou bas√© sur le patronyme des fondateurs, soit reconnu dans son secteur d’action ou devienne une r√©f√©rence mondiale comme CHANEL ou DIOR.

Avantages d’un nom connu

Il est donc tentant, m√™me pour des Entreprises ayant d√©j√† un nom (ex. sur VINCI), d’utiliser un nom d√©j√† connu du public pour pouvoir capitaliser sur la bonne image de ce m√™me nom. Avoir un nom avec une image positive est un acc√©l√©rateur de confiance et donc d’affaires. En utilisant un nom connu et vu comme positif par ses clients ou prospects, l’Entreprise se donne, √† bon compte, l’image positive et les vertus attach√©es √† ce nom.
Il suffit d’aller sur la base de donn√©es des marques de l’INPI et de taper un nom c√©l√®bre, comme Napol√©on par exemple, pour voir le nombre d’Entreprises ou d’entit√©s √©conomiques, plus ou moins l√©gitimes, √† utiliser ce nom dans leurs marques ou leur propre nom d’entreprise.

Encadrement de l’utilisation l√©gitime des noms connus

Certes, dans certains cas, une Entreprise peut porter ou utiliser l√©gitimement le nom d’une personne historique. C’est le cas si bien s√Ľr elle porte le nom de son fondateur comme actuellement DASSAULT Syst√®me. Ou un nom c√©l√®bre de sa propre famille repris par un descendant. On est l√† dans l‚Äôutilisation tout √† fait loyale et admissible d’un nom connu.
Autre cas possible, la personne c√©l√®bre portant le nom donne l’autorisation, de son vivant ou dans un testament, √† telle ou telle personne, de pouvoir utiliser la patronyme connu.

Les utilisations non fondées des Noms connus

Mais lorsqu’il n’y a pas de lien, en l’absence d’une l√©gitimit√©, r√©elle, sur l’utilisation du nom c√©l√®bre, nous sommes bien dans le cadre d’une exploitation, dans tous les sens du terme de la renomm√©e du nom.
L’Entreprise capitalise sur le nom, sur l’image de la personne et aussi sur ses travaux, ses actions, ses dons, pour en quelque sorte s’approprier les m√©rites de la personne.
Ce n’est ni appropri√© ni l√©gitime.

La Proposition

Or plut√īt que d’interdire la pratique, il vaut mieux l’encadrer, l’orienter et en faire b√©n√©ficier l‚Äôensemble de la Communaut√© sous la forme d’un BIEN. COOP√ČRACTIF.
Ainsi ce que nous d√©fendons et proposons ici est le fait que les Noms Historiques et Culturels d’un pays appartiennent √† ce pays et √† sa Communaut√©. Utiliser un nom Historique est un emprunt √† ce patrimoine. Et qui dit emprunt dit remboursement .
La proposition est donc

  • Collecter une taxe sur l’utilisation des noms connus par les Entreprises pour leurs propres noms ou dans leurs marques.
  • Une taxe raisonn√©e et modeste [0,001% du CA par nom utilis√© ?) pour ne pas d√©courager l’utilisation des noms connus.
  • Mais permettant, sur le principe des petites rivi√®res faisant les grands fleuves d’alimenter un fonds sp√©cial.
  • Ce fonds sera, uniquement, destin√© √† la formation et promotion d’auteur(e)s) Ňďuvrant dans le domaine Culturel [nul ne peut pr√©tendre conna√ģtre √† l’avance les futures personnes historiquement c√©l√®bres ūüôā ].
  • Ce fonds sera pr√©lev√© √† la source des Entreprises sur la base de leur Chiffre d’Affaires. L’absence de b√©n√©fices de la structure ne sera pas une excuse pour ne pas pr√©lever la taxe due.
  • Comme la d√©marche des BIENS COOP√ČRACTIFS est Universelle, cette proposition de reversement √† la collectivit√© de l’usage des noms fameux et connus de son histoire est bien s√Ľr valable pour chaque pays.

Synthèse

Car comme il y a un avantage concurrentiel √† utiliser un nom connu d’une Communaut√© ayant une r√©sonance, une image positive aupr√®s des clients et prospects, il convient pour les Entreprises utilisant cette possibilit√© de r√©tribuer en retour cette m√™me Communaut√©.
Les taux, modalités et méthodes de prélèvement et de redistribution pouvant tout à fait être différents suivant les pays et également évoluer dans le Temps.

Philippe AGRIPNIDIS

Co-Cr√©ateur de Biens COOP√ČRACTIFS

Les Biens COOP√ČRACTIFS sont une nouvelle forme d’organisation sociale et √©conomique. ALPHARIS, la Manufacture des Biens Coop√©ractifs, est d√©di√©e √† l’imagination, l’assistance, la conception, la mise en Ňďuvre et la diffusion de cette nouvelle forme d’organisation √©conomique et sociale pour la cr√©ation de produits, services et inventions.