Magic Margin @dbencheci

La MARGE ! L’élément Économique Central de toutes les Théories dont on parle très peu …mais qui vu sous de nouveaux angles peut tout changer!

La notion de Marge

1) L’importance de la marge

La Marge est en réalité l’élément Clef de toutes les Théories Économiques depuis le Mercantilisme. Que ces Théories soient le Capitalisme, le Libéralisme, le Néolibéralisme, le Socialisme ou même le Communisme, la notion de marge est la Pierre de Fondation, mais non reconnue, de toutes les réflexions et bases de ces théories.

Pourquoi ?

Parce que la Marge est à la fois la Fin et le Moyen d’arriver à cette Fin.
Mais les modalités de créations, d’amélioration, d’augmentation de cette Marge ne sont pas étudiées dans le détail dans les Grandes Théories.

Et pourtant, quelle que soit la Théorie ou l’idéologie suivie (y compris dans les deux extrêmes possible Capitalisme ou Communisme), la Marge et son existence sont la Clef de la poursuite des activités Économiques. Même dans la Théorie originale du Communisme, à notre connaissance, la notion de subvention de la Production n’est pas évoquée dans les écrits de Karl MARX.

2) La définition de la Marge

La définition, proposée, de la Marge est la suivante :

La Marge est la différence entre ce qui a été dépensé, investi, déposé, mis et ce qui a été récupéré, reçu, collecté.

Et comme nous le verrons plus bas, le concept de Marge ne s’applique pas qu’à la notion d’argent ou de finances.

Les 4 facettes de la Marge

4 angles sur la notion de Marge

Cliquer pour voir la définition classique

Or la MARGE présente 4 facettes qui doivent être connues et diffusées.

A) La Marge comme supplément d’énergie

Avant toute notion monétaire, la Marge représente le supplément d’Énergie qui se dégage des activités économiques. Cette Énergie se transformera après en Argent. Mais elle symbolise l’aspect de la Création. C’est le supplément d’un quelque chose que l’on recherche dans la Production de Biens ou Services. Ce quelque chose pouvant, in fine, se transformer en Argent. Mais il faut bien comprendre que ce n’est pas l’aspect Argent qui est au départ de l’action [même si certains ne le perdent jamais de vu dans leurs processus d’activités économiques 🙂 et surtout financières 😉 ] mais cette recherche de quelque chose à créer en plus.

C’est un aspect Psychologique profond, une Quête particulière, qui est en fait visée dans la notion de Production. Mais complètement occultée ou mise de côté dans les Théories Économiques. Il y a un ressort, une envie qui ne se base pas que sur une matérialisation, à terme, par de l’argent. Il y a quelque chose d’autre qui est poursuivi, l’aspect Mystérieux et Poétique de la Création. Et même ceux qui croient vénérés que le Dieu Euro ou Dollar ou Yen ou Yuan ou Bolivar ou Rand sont en fait en train de chercher, bien souvent inconsciemment, une sensation, une émotion, un flux qui à la fois prote et représente cette notion de création.

B) Lieux de création de la Marge

La MARGE ne se limite pas à l’Entreprise qui crée le Service ou le produit. La MARGE se crée aussi, chez le « consommateur », dans la Communauté, dans le Pays où le Service et Produit est utilisé.

C) La notion de marge asynchrone

Ces marges, « externes » au créateur ne sont pas immédiates. Elles ne s’opèrent pas à la vente ou l’achat du Bien/Service concerné, mais dans son usage dans le temps, court, moyen ou long terme. On parlera alors de Marges ASYNCHRONES.

D) La Marge négative

Une MARGE NÉGATIVE peut être une marge « positive » pour le Consommateur ou la Communauté. Donnons simplement comme exemple, pour rejoindre en même temps le point B, le gain de temps que représente l’utilisation d’un nouveau produit (se brosser les dents plus vite @preview). On a moins de temps, mais c’est finalement positif pour le consommateur et c’est aussi une marge que l’on crée, avoir plus de temps.

Les 4 conséquences

Ces 4 particularités entraînent 4 conséquences très fortes sur la Civilisation Humaine actuelle.

1) Les conditions de création

D’une part, et c’est in fine la moins importante des quatre, c’est que les Conditions de création de cette marge ne sont pas vraiment étudiées. On reste dans le flou, dans l’évasif, dans le constat. On ne liste pas les possibilités de création de marge, on ne les qualifie pas. On se complaît dans la simple reconnaissance d’une Terra Incognita. On sait que cela existe, que cela se pratique, mais pour rentrer sans l’analyse, il y a moins d’éléments.

Or on voit bien, surtout dans les Sociétés Néolibérales, que la création de marge est l’élément Clef, le ‘Graal’ ultime, et ce à tout prix et coût (y compris parfois ‘coups’ pour l’humain).

Il y a non seulement, tellement à apprendre sur les méthodes de création de la marge, mais encore plus pour améliorer sa création et, surtout, ses conditions de création.
Qu’elles pourraient et devraient être les normes, les lois, les règlements économiques et sociaux encadrant les phases de Production au sens large et donc de création de marge ?

Le concept théorique et la réalité pratique de la notion de MARGE ne sont donc pas assez étudiés. Il y a sur ce simple sujet un vaste champ à défricher et ensemencer.

2) Existence d’autres marges

Le Temps gagné est aussi une Marge !

Deuxièmement, cette notion de Marge dont a vu plus haut qu’en fait elle repose, en première couche ou impulsion, sur une forme de Quête ou besoin Psychologique qui n’est pas dans un premier temps une recherche d’argent, est complètement encadrée, LIMITÉE, restreinte, par uniquement des Normes Financières.

Lorsqu’il y a un Processus de Production, il a obligatoirement une Création. Ou plutôt des CRÉATIONS. Créations de l’objet produit ou du service, mais aussi création-investissement de temps passé par les ‘Producteurs’ au sens large, de rapports humains, sociaux, psychologiques, de sentiments, d’idées, de bonheurs, découvertes, surprises ou parfois moments difficiles. Mais en réalité dans ces processus de Production, il n’y a pas que de la MARGE MONÉTAIRE qui est réalisée. Il y a d’autres types de MARGES qui existent en même temps.

Mais actuellement, seule la MARGE MONÉTAIRE est prise en compte. Or l’esprit Humain est ainsi fait que nous ne prenions en compte que ce que nous voyons ou pouvons matérialiser.

L’existence des Marges dépend surtout, et presque entièrement, de la manière de les calculer pour en quelque sorte les matérialiser. De nos jours, seule la Marge MONÉTAIRE n’est visible que dans la COMPTABILITÉ « classique ».

Or l’expression de ce besoin Psychologique de Création (voir plus haut) peut aussi être valorisée. Ainsi que les autres Marges réalisées pendant la phase de Production comme le Temps gagné. Si on prenait en compte d’autres facteurs dans d’autres « Comptabilités », on pourrait produire mieux (que produit-on ?) et mieux produire (dans quelles conditions produit-on ?)

Un outil créateur de marge ! https://y-brush.com/

3 Intégration des nouvelles marges

Il est nécessaire, pour piloter la Civilisation sur les valeurs que nous choisissons maintenant (Respect de l’Humain, de la Nature, etc ..) d’intégrer dans les Comptabilités actuelles ou futures, des nouvelles MARGES qui ne soient pas que Monétaires (voire point 2), mais aussi qui ne soient pas limitées à la phase de création du Produit/Service.

Il faut prendre en compte des Marges qui sont réalisées après la vente du produit ou service.

Il nous faut aussi des Comptabilités qui prennent en compte les marges que nous avons présentées dans le point B), les Marges ASYNCHRONES.

Moins de temps passé par un Consommateur pour faire telle action ? C’est une marge qu’une ou des Comptabilités doivent prendre en compte. Ce qui permet les valoriser. Sous les formes que souhaite la Communauté. Moins d’énergie dépensée pour la même action (tonte de pelouse par exemple) ? C’est une marge qui doit être prise en compte. Et si on continue sur l’exemple de se brosser les dents autrement (et pas que plus rapidement), un meilleur brossage des dents @preview implique une meilleure qualité sanitaire des dents et donc moins de visite ou d’opérations chez le Dentiste et donc, pour les pays « Sociaux », moins de frais pour l’équivalent de la Sécurité Sociale.

Le produit crée donc bien une nouvelle marge, qui se réalise après la production et la vente du produit. Certains pourraient penser que ce concept de Marges Extérieures est le même que celui des Externalités. Mais le concept des Externalités implique qu’il n’y ait pas de contrepartie monétaire à leurs créations. Alors que l’on voit très bien dans le cas des exemples pris que les marges viennent directement de l’achat/usage du Bien ou service.

Ces Marges doivent donc être reconnues pour être prises en compte et valorisées. Avec le Numérique, si on le souhaite, on peut très bien savoir qui a acheté le nouvel appareil à se brosser les dents, et faire une moyenne de remboursement du Dentiste entre ceux qui ont l’appareil de ceux qui ne l’ont pas et transférer une partie de la marge faire par l’usage de cet appareil (économie sur les remboursements aux dentistes) aux créateurs du produit. On ouvre ainsi la voie à une forme de rétribution des Entreprises qui n’est pas immédiate (à l’achat), mais a posteriori, en fonction des impacts positifs (et à l’inverse on peut imager des prélèvements pour les impacts négatifs) réalisés par l’usage des produits/services de l’Entreprise.

Et la prise en compte des nouvelles marges peut être faite sur tous les types de produits.
Toute une nouvelle forme d’Économie peut alors être mise en place par la reconnaissance de Marges prenant l’aspect de Biens COMMUNS déclenchés individuellement chez chaque utilisateur de Bien/service, mais qui mis bout à bout, permettent de constituer une meilleure situation collective (meilleure santé, moins d’utilisation d’énergie donc moins de pollution, etc …)

4 Reconnaître l’existence de la quête

Enfin, reconnaître l’existence de cette Quête sous-jacente à la notion de Marge, c’est ouvrir aussi la mise en place de Nouveaux Mécanismes d’imagination, de création, de réalisation, de production et Biens et de Services.

Si l‘ensemble des Marges réalisées lors de la production d’un Bien/Service est valorisé, non seulement de nouveaux produits ou Services plus respectueux des Hommes et de la Nature pourront être mis en place, mais de nouvelles formes de Collaboration et de Production pourront exister et se développer. Elles sont entièrement à créer.

Les actions à réaliser

La première est de travailler ensemble sur ces ouvertures d’angles et d’approches de la notion de Marge. Il faut d’abord reconnaître son importance centrale dans tous les types d’activités économiques. Puis étudier les conditions de son existence, de son amélioration et de sa distribution équitable. Et enfin concevoir et réaliser de nouveaux outils de prise en compte des nouvelles facettes de la marge qui ne sont pas que Financières (voir plus haut).

À nous donc de diffuser et faire connaître ces notions relatives aux MARGES. Et surtout de contribuer à les faire reconnaître par la Collectivité au sens de les faire prendre en compte dans des Comptabilités existantes ou futures. Et ce pour l’augmentation et l’amélioration du plus grand nombre possible de Biens COMMUNS, COOPÉRACTIFS, matériels ou immatériels !


PS 1 : Accessoirement, il ne faut pas confondre Marge et Profit.
Les deux sont indépendants.
Certes pour avoir du Profit, il vaut mieux avoir fait de la Marge. Mais une société peut réaliser du Profit (vente d’usine, de brevet, de stocks, etc…) en n’ayant pas réalisé de véritable Marge sur la vente/location de ces Biens et Services.


Philippe AGRIPNIDIS

Co-Créateur de Biens COOPÉRACTIFS

Les Biens COOPÉRACTIFS sont une nouvelle forme d’organisation sociale et économique. ALPHARIS, la Manufacture des Biens Coopéractifs, est dédiée à l’imagination, l’assistance, la conception, la mise en œuvre et la diffusion de cette nouvelle forme d’organisation économique et sociale pour la création de produits, services et inventions.


Tags: No tags